Freelance : Faire un Business Plan

business plan freelance

Faire un business plan avant de se lancer en freelance est important et peut vous éviter bien des déconvenues. Mais malheureusement, c’est encore rarement fait. Quand on veut créer une entreprise pour innover ou reprendre une entreprise, le business plan est dans la norme et il est fréquemment fait. Pour se lancer en freelance, on a tendance à le faire au feeling et à évoluer avec le temps et l’expérience en rencontrant des difficultés. Mais c’est une grosse erreur car au mieux cela vous fait perdre du temps (ce qui amène un manque à gagner), et au pire cela vous amènera à l’échec. Pourtant se lancer en freelance n’est pas facile et le succès n’est pas obligatoirement au rendez-vous, encore moins dès le début. Les échecs sont courants. Donc faire un business plan en freelance est très utile.

Vous l’avez compris, le business plan d’un freelance permet d’être fait mieux et plus rapidement.

Il y a encore très peu de freelances qui font un vrai plan business plan et ceux-ci réussissent bien mieux.

Freelance : Le business plan c’est quoi ?

Le business plan du freelance est une analyse écrite qui précise les objectifs d’une entreprise. Il permet de planifier les phases de développement de votre entreprise. Le Business Plan d’un freelance n’est pas le même que pour la création d’entreprise dite « normale ». Le business plan du freelance permet d’éviter les échecs en phase de création, de mieux connaître votre cible, de définir votre business model (votre positionnement, votre offre…). Il va vous permettre de définir un stratégie à court, moyen et long terme et de définir un plan d’actions sur plusieurs périodes (6 moins, 1 an, 3 ans). Il va vous permettre d’allouer des moyens pour réaliser les actions.

Les étapes du business plan d’un freelance

Les étapes du plan d’actions d’un freelance sont :

freelance business plan
  • faire l’étude du marché :
    • il faut connaître votre cible, vos potentiels futurs clients (taille, les catégories du marché, la solvabilité de vos prospects potentiels, si les prospects sont prêts à payer pour vos services, ). Il faut aller les voir. Bien sûr, vous trouverez aussi des informations sur Internet qu’il faudra récolter mais rien ne vaut une étude terrain. Allez à des conférences, salons professionnels, rencontres networking. Vous pouvez aussi les appeler et solliciter une interview pour leur poser des questions utiles ou créer des sondages et l’administrer à votre cible. Il faut identifier leurs besoins et identifier qu’elle offre est susceptible de les satisfaire.
    • Il aussi regarder la concurrence (les forces et faibles de la concurrence…). Les concurrents sont des entreprises (freelances, agences…) qui vendent ce que vous vendrez. Regardez ce qu’ils vendent, comment il le vendent, quel est leur discour, à qui ils le vendent, à quel prix ils le vendent…
  • définition du business model : il faut créer son offre. Pour cela il faudra répondre à plusieurs questions :
    • quels produits et services seront vendu ? Il ne suffit pas dire « identité visuelle » par exemple mais « logo », « design de site web », « design de plaquette », … Hiérarchisez en classant ceux que vous savez le mieux faire et ceux que vous voulez le plus faire. Il faudra identifier sur quels domaines vous voulez vous positionner. Je conseille de se spécialiser dans un domaine où votre compétence est forte au lieu d’essayer de proposer des produits ou services très divers. Par exemple, vous allez vous spécialiser dans un seul domaine du webmarketing, celui où vous êtes le plus compétent.
    • Quels seront vos clients ? Listez les types d’entreprises (tailles, secteurs, lieux…). Pensez à la concurrence sur ce type de clientèle. Se positionner sur un marché de niche peut être pertinent. Réfléchissez aussi à secteur géographique de vos clients (des clients locaux (quels endroits) ou régionaux ou nationaux…). Pour la taille, est-ce que ce seront des indépendants, des TPE, des PME, des grandes entreprises… Vous pouvez aussi avoir des critères démographiques (sexe, âge, CSP, profession…). Il faut connaître la taille du marché, les tendances du secteur (légales, …), les intervenants qui vous devez démarcher (chef d’entreprise, responsable marketing, responsable informatique…), identifiez les opportunités et menaces du marché.
    • Quel est l’utilité de vos produits ou services pour vos clients ? Qu’est-ce que cela leur apporte ? Des nouveaux clients, une image de marque… Soyez le plus précis possible. Quel est le bénéfice pour le client ? Par exemple, je fais du référencement naturel et cela leur apporte de la visibilité sur Google, des visiteurs sur leur site et surtout des clients.
    • A quels prix vous allez vendre vos produits ou services ? Définir le prix c’est l’idée de comment facturer (un taux journalier (TJM) ou taux horaire, abonnement, à la prestation, au forfait, le commissionnement…). Pour définir votre prix, il faut donc regarder les prix des concurrents, mais aussi ce que le client potentiel est prêt à payer et analyser votre niveau d’expérience et de compétence. Une autre manière de le définir est de définir ce que vous voulez gagner chaque mois, de calculer vos coûts, de diviser par la temps que vous allez en théorie facturer par mois (on parle souvent de 10 jours en moyens) ce qui donne le TJM mois (je ne suis pas fan de ce type de manière de fixer les prix car si ce calcul vous amène à être bien au dessus du marché vous allez vous planter).
    • Comment allez-vous vous faire connaître ? Vous vous lancez, personne ne vous connaît et donc personne ne va acheter ce que vous vendez. Il faut faire de la communication. Quel sera votre plan de communication ? Il existe pleins de moyens d’actions : aller à des networking, créer son site Internet faire du SEO, créer un blog bien référencé, être très présent de manière efficace sur les réseaux sociaux (définir une stratégie et des actions efficaces), animer des conférences, webinars, atelier, rencontres, formations, contacter par mail ou appeler des agences, newsletters… Il faut identifier où trouver vos cibles. Pour information, les cibles peuvent être les clients finaux ou des prescripteurs (personnes qui vous recommanderons aux clients finaux (autres freelances…)).
    • Combien faudra-t-il de chiffre d’affaires ? Il faudra faire un calcul pour savoir combien de chiffre d’affaires il vous faudra, et donc combien de clients il faudra pour arriver à un objectif de revenus et donc de chiffre d’affaires,
  • Définition des moyens financier : souvent se lancer en freelance ne nécessite que peu d’investissements. Mais il faut aussi savoir qu’il faudra faire les dépenses suivantes en fonction de vos actions : ordinateur, frais de déplacement, assurances diverses (rcp, mutuelle, protection juridique, prévoyance, complémentaire retraite…), peut être un comptable, un locaux ou coworking peut être, d’autres dépenses pour communiquer (site internet, carte de visite, …), des fournitures de bureau, des outils payants à utiliser pour votre activités professionnels, le coût de création d’une éventuelle société…
  • Choix du statut juridique : vous avez le choix entre l’auto entreprise (micro entreprise de nos jours), le portage salarial, l’entreprise individuelle, une société (SASU, SARL, EURL).

Conclusion du Business Plan de Freelance

freelance business plan

Le business plan du freelance est un fil à suivre mais tout ne se passera pas comme prévu. Il faudra l’adapter, le modifier, l’enrichir d’informations nouvelles. Mais il est important de commencer par un business plan du freelance sinon tout sera bancal et vous prenez de gros risques. Malheureusement, ce réflexe est assez rare. On voit plutôt des freelances commencer leur activité, se confronter au marché et à la difficulté de vendre et se poser des questions pour remédier à leur échec, souvent dans l’urgence. Et donc une absence de business plan de freelance avant de se lancer amène une perte d’argent, un découragement et un arrêt prématuré de l’activité assez souvent (car le freelance a perdu confiance, est démotivé ou est en manque d’argent…).

Le business plan du freelance est un prévisionnel. C’est un document à rédiger avec soin pour toute entreprise et le freelance n’en fait pas exception. Pour réussir son entreprise, le freelance doit faire ce business plan avant de commencer. Il permet de bien gérer sa trésorerie, de limiter les risques de se tromper de modèle économique, de bien définir sa stratégie marketing et de communication, de connaître son seuil de rentabilité, d’avoir une vision réaliste du marché, de mieux connaître et mieux vendre à vos clients potentiels, de mieux identifier votre avantage concurrentiel mais aussi vos faiblesses, de mieux identifier son discours auprès de votre cible (le fameux « pitch »), de bien identifier votre prix de vente, et au final de plus facilement atteindre les objectifs fixés. Le business plan du freelance permet de se poser les bonnes questions dès le début afin d’arriver plus facilement à la réussite.