Le TJM Freelance / Le Taux Journalier Freelance

tjm freelance

Le TJM Freelance est important quand on est freelance et il est nécessaire de bien le définir.

Définition du TJM = Taux Journalier Moyen

Fixer le TJM (Taux Journalier) quand on est freelance est essentiel. Le TJM, qu’on défini comme le Taux Journalier Moyen est le prix d’une journée de travail pour ce freelance. Il est souvent demandé ou donné pour se faire une idée du coût d’une prestation. Bien sûr, ce TJM ne suffit pas car il faudra pour le freelance faire un devis concernant la prestation à faire. Mais il aide les prospects à se faire un idée du tarif, à comparer les freelances entre eux… C’est pour cela que sur les plateformes de freelances on doit souvent mettre son TJM. Un freelance qui a un TJM de 600 sera forcément plus cher qu’un freelance qui a un TJM de 300, même si il peut définir que pour réaliser la prestation il faut moyen de temps que pour l’autre.

Le TJM est toujours défini Hors Taxe, que vous soyez assujetti à la TVA ou non.

Pourquoi Fixer un TJM

Le Taux Journalier Moyen du freelance permet de donne une première idée de tarif et est un élément de comparaison entre freelances. Le plus important est le devis. Mais le prospect ne va pas demander un devis à des dizaines de freelance, et donc le TJM est un critère de présélection comme un autre.

Du côté du freelance, le TJM permet de se donner un base de calcul des prestations. En ce disant qu’une journée est facturée 600 euros, il va devoir donc calculer combien de jour la prestation lui prendrait pour fixer son devis. Par exemple, cela lui prendrait 4 jours, donc 4 * 600 =2400 euros.

Quel Freelance utilise le TJM?

Tout freelance, quelque soit son statut va utiliser le TJM. Qu’il soit auto entrepreneur (micro entrepreneur), en portage salariale, en entreprise individuelle (EIRL), en société (SASU, SARL, EURL). Il utilisera le système quelque soit son activité (Consultant SEO, Consultant SEA, Consultant Webmarketing, Graphiste, Webdesigner, Directeur Artistique, Développeur, Photographe, Vidéaste, Rédacteur, Webmaster, Illustrateur, Intégrateur Web, Community Manager…).

Y-a-t-il qu’un TJM ?

Je dirai que non. Un peut y avoir assez souvent des TJM différents selon les actions que vous faîtes et les coûts que vous avez. Je vais vous donner mon exemple. Je suis Consultant en Référencement Naturel SEO. Mon TJM est plus important dans la phase d’Audit SEO qui est un phase d’analyse où je fais du transfère de compétences et de savoir au client et où également ne doit utiliser des outils payants. Alors que mon TJM est moyen important pour la réalisation d’actions comme pour la rédaction des balises, l’optimisation d’éléments divers sur le site… Cela paraît totalement normal. C’est pour cela que si le TJM est une première bonne approche, il est bien plus pertinent de demander un devis.

Pourquoi le TJM est si important ? Pourquoi ne pas fixer un TJM trop bas ?

Un freelance qui comment va se poser plein de questions du genre : comment fixer ses tarifs ? Comment facturer ? Quel tarif faire pour telle ou telle action ? Dois-je facturer à la journée, à l’heure ? Qu’est-ce que le TJM ? Quel TJM choisir ?

Toutes ses questions sont essentielles. En effet, mal fixer un tarif freelance ou TJM peut amener à l’échec de votre activité de freelance et je n’exagère pas.

Un TJM trop bas :

  • Vous empêchera d’avoir un revenu convenable. Vous ne serez peut être même pas rentable.
  • Donnera au prospect le sentiment que vous faîtes des prestations bas de gamme.

De plus, cela peut être étranger, mais ce sont les clients où que vous avez facturé le plus bas qui seront les plus exigeants et les plus difficile (car soit ils doutent de votre travail et vont vouloir que vous en fassiez plus pour se rassurer, soit ils ont senti (peut être à tort) que vous êtes dans le besoin et qu’il peuvent en profiter pour vous demander plus).

Un TJM trop haut :

  • Vous empêchera de remporter la mise car le prospect choisira un freelance moins cher.
  • Donnera l’impression que soit vous ne savez pas fixer votre prix, soit que vous voulez arnaquer le prospects soit que vous êtes de haute qualité (ce dernier étant bien plus positif).

En effet, si le TJM moyen d’un freelance graphiste est de 350 euros, si vous êtes à 200 euros et qu’ils savent que le tarifs moyen est de 350 euros, vous passez pour un junior faisant des prestations de qualité moyenne et si vous tarif moyen est de 700 euros vous passez pour un senior faisant de la très bonne qualité. Le TJM donne une première idée de la qualité du travail qui sera fait. Bien sûr, le prospect regardera pleins de choses après (posera des questions, regardera votre site web, regardera la qualité du devis… Mais la première impression sera celle-là.

J’insiste car souvent les juniors pensent qu’il faut « casser » les prix pour pouvoir remporter la mise. Oui, parfois cette stratégie marche mais la plupart du temps ils ne font que dire involontairement au prospect qu’il ne faut pas le prendre car il est trop junior. Car un prospect veut une prestation de qualité pour le bon prix et non le prix le plus bas (en général).

Alors comment fixer son TJM ?

Il y a plusieurs philosophies très différentes :

Calculer son TJM en fonction de ce qu’on veut gagner en Net

La première dit qu’il faut partir de ce que vous voulez gagner par mois dans votre activité de freelance et fixer son TJM (tarif freelance) en enlevant les coûts. Il faut répondre à la question : quel doit être votre chiffre d’affaires si vous voulez gagner X euros à la fin du mois compte tenu de vos coûts et des contraintes du freelancing ?

Il faut donc définir les coûts et les contraintes :

  • un freelance n’ai pas payé pour 100% de son travail, c’est évident.
    • Il va devoir faire de la prospections diverses pour trouver des clients, il va devoir gérer son administratif (facturation, réalisation des devis, relance prospect et client, déclaration à l’URSSAF des cotisations sociales, déclaration des impôts et de la TVA, la comptabilité, la relation client
    • Il devra prendre des congés qui ne sont pas payés, il peut avoir des arrêts de travail.
  • Il paie pleins de charges sociales et impôts et des outils professionnels, parfois un coworking, des fournitures de bureau…

De plus, il est logique de ne pas être autant payé si on est junior ou qu’on a plusieurs années d’expérience. Il est normal de vouloir être mieux payé si on fait un meilleur travail plus rapidement.

On va donc par exemple dire qu’on veut gagner 4000 euros net. On dit qu’on a 30% de charges en tant que auto entrepreneur et 50% pour les autres statuts et qu’en moyenne un freelance facture 10 jours par mois.

Si le freelance est en auto entreprise, il doit donc gagner en chiffre d’affaires (4000 * 100 / 70 = 5715 euros). Pour un autre statut, on est sur 8000 euros.

On divise par le nombre de jours travaillés par mois soit 10 en moyenne (il faut vérifier si vous ne serrez pas à plus selon votre métier (par exemple, informaticien)).

On a donc en auto entreprise : 5715 / 10 = 571

On a donc dans un autre statut : 8000 / 10 = 800

Je suis parti sur 4000 euros net qui est un montant assez important. Pour un junior par exemple, 2000 euros net et donc la moitié semble plus logique. Tout dépend du secteur d’activité. Si vous ne savez pas quel montant net est logique dans votre cas, regardez ce que les employeurs sont prêt à payer une personne de votre expérience en CDI.

Vous pouvez aller encore plus loin en calculant précisément tous vos charges au lieu de partir sur 50% et 30% qui est en gros la moyenne.

Regarder ce qui se fait dans le métier

C’est la deuxième manière de trouver son TJM de freelance. C’est la manière qui me semble la plus logique. Le problème de cette première manière est qu’elle part de l’idée que vous arriverez à travailler les 10 jours quelque soit votre TJM et donc que le choix du TJM n’a pas d’impact sur vos ventes. Cela peut être vrai si vous avez peu ou pas de concurrence dans votre domaine ou que vous avez une notoriété et une image tellement important que les prospects vous prendront quelque soit le prix.

Mais si vous êtes un freelance parmi d’autres et que les prospects vont vous comparer, il faut donc être crédible.

Il faut donc connaître ce qui se fait comme TJM dans votre domaine. Puis identifier votre niveau d’expérience et de compétence par rapport aux autres. Enfin, il faut identifier si vous êtes meilleur que les autres (meilleurs capacité de vendre, meilleures prestations…).

Avec cette méthode qui revient à faire une analyse des prix, vous avez bien moins de risque de vous planter.

Pour trouver le TJM moyen de votre secteur, il suffit souvent d’aller sur Internet et vous le trouvez facilement.

PS : si vous regardez le TJM moyen sur les plateformes de freelance (comme Malt), rajoutez bien 30% minimum car sur les plateformes les TJM ont une forte tendance à être bien inférieures à la réalité du marché.

Une fois que vous connaissez le TJM moyen de votre secteur, vous avez plusieurs stratégie :

  • vous vous mettez au TJM moyen (stratégie d’alignement)
  • vous vous mettez en dessous du TJM moyen (vous espérez gagner plus facilement des prestations, mais attention à ne pas passer pour un freelance trop junior ou qui fait des prestation bas de gamme, et il faudra plus de prestations (plus d’effort, au prix parfois d’un épuisement, attention au burn out) )
  • vous vous mettez plus cher que le TJM moyen (car vous avez de l’expérience, car vous être bon commercial, car vos prestations sont meilleures que la moyenne).

NB : vous pouvez faire des TJM différents selon les types de clients ou cela les types de prestations. J’avais parlé d’un TJM différent très compréhensible autre un audit SEO et des optimisations SEO. Il en va de même pour faire des tarifs différents entre des TPE / indépendants pouvant avoir des budgets assez serrés et des PME / ETI ou Grandes Entreprises qui ont de plus gros budgets. Cela peut être pareil selon les secteurs d’activité… On veut aussi faire des projets différents car un prospect vous plaît particulièrement…

Le TJM Moyen selon les métiers

J’ai fait moi-même pour vous aider une recherche sur les TJM. On peut estimer que le TJM est destiné à un freelance d’expérience moyenne (ni junior, ni senior, donc environ 2-3 ans d’expérience dans son domaine).

Voici ce qu’il en ressort en terme de TJM moyen par métier (à titre indicatif) :

Product Manager / SCRUM Master / Chef de Projet : 650 €

Business Developer : 650 €

Consultant Marketing / Communication : 600 €

Data Scientist : 550 €

Administrateur Réseau / Base de données : 550 €

Consultant SEO : 500 €

Consultant AMOA : 500 €

Consultant Analytics : 500 €

Consultant Webmarketing : 500 €

Consultant SEA : 500 €

Développeur Web : 450 € (voir les différences entre framework…)

Ux Designer : 450 €

Webmaster : 400 €

Chargé de Relation Presse : 400 €

Community Manager / Social Media Manager : 400 €

Concepteur Rédacteur / Responsable Editorial : 400 €

Motion Designer : 400 €

Photographe : 400 €

Vidéaste : 400 €

Rédacteur Web : 350 €

Illustrateur : 350 €

Graphiste : 350 €

Traducteur : 300 €

Ps : il peut y avoir des TJM junior et senior également, j’aurai tendance qu’un junior doit être au dessus et le senior au dessus de ce TJM moyen.

La TJM doit être augmenté dans le temps

Bien sûr, vous n’allez pas rester avec le même TJM de freelance toute votre vie. Personnellement je suis passez de 200 euros (c’était trop bas et c’était une erreur), à 500 euros actuellement (et on me dit que je suis trop bas donc je vais pas tarder à augmenter). Avez les années d’expérience, il est logique que vous augmentiez votre TJM (tarif journalier) car vous augmentez vos compétences, vous allez plus vite, vous faîtes mieux…

Avec les clients existants, il est parfois difficile d’augmenter son TJM. Certains clients ne veulent pas, donc soit vous acceptez la situation soit vous leur dîtes au revoir.

Une tactique peut être de dire qu’on va augmenter son TJM de 10% à partir de l’an prochain mais comme ils sont des clients fidèles, l’augmentation ne sera que de 5% pour eux, et eux seuls. C’est du commercial. Donc au lieu de leur annoncer une augmentation de 5%, vous leur annoncez qu’ils ont une ristournes de 5% exclusive.

D’ailleurs, augmenter son TJM de 5% à 10% par an semble un bon pourcentage en moyenne.

Conclusion

La définition du TJM est essentielle quand on devient freelance. Vous n’êtes plus salarié, vous n’avez plus de contrat de travail tout le mois, vous n’avez plus le même régime de sécurité sociale, les mêmes protection, vous n’aurez pas la même retraite, vous devez payer pleins de frais de fonctionnement / frais de gestion, vous n’aurez plus de congés payés, vous n’aurez plus droit à l’assurance chômage. Il faut en tenir compte. Votre chiffre d’affaires n’est pas votre revenu et loin de là. Vous aurez pas mal de charges (différence selon le statut juridique). Vous ne facturera généralement jamais à temps plein, à savoir 20 jours par mois. Vous devrez aller chercher vos clients ce qui nécessite des périodes parfois assez importantes de prospection.

Devenir travailleur indépendant est passionnant mais il faut y gagner sa vie. Il faut donc bien choisir son TJM. Pensez aussi à la revalorisation de votre TJM dans le temps. Je préconise de chercher le TJM moyen et de définir le votre en fonction de votre expérience et de vos compétences par rapport à la moyenne des freelances. Si vous avez des doutes, vous vous alignez sur le TJM moyen de la profession, cela limite les erreurs possibles.

PS : rappel de ce qui change en freelance par rapport au salariat : moins bonne protection sociale, plus de fiche de paie, le chiffre d’affaires n’est pas du tout votre salaire net (ni le salaire brut car les charges et frais sont supérieurs), vous n’avez pas droit aux allocations chômage, le système d’indemnités journalières est moins favorable, vous ne facturerez généralement pas à temps plein. Travailler en tant qu’indépendant nécessite de bien prendre en compte ses éléments, notamment lors de la fixation du TJM. C’est pour cela que le TJM est bien supérieur à ce que vous pouvez gagner par jour en tant que salarié.