Passer de salarié à freelance

Passer de salarié à freelance n’est pas forcément facile. Il faut s’adapter, s’y préparer et connaître les différences afin de réussir en tant que freelance.

Passer de salarié à freelance

Pourquoi passer de salarié à freelance ?

Vous pouvez passer de salarié à freelance pour plusieurs raisons :

  • Exercer la même activité en freelance : On voit souvent des professionnels d’un domaine en salarié qui décident de faire le même domaine en freelance. Ceci est le passage de salarié à freelance le plus courant, le plus logique et le moins risqué. Vous êtes dans une agence le plus souvent (agence marketing, agence de communication, agence web, …). Vous souhaitez pouvoir être votre propre patron, pouvoir choisir vos clients, pouvoir choisir ses horaires, …
  • Se reconvertir : vous êtes salarié dans un domaine différent de l’activité que vous ferez en freelance. Vous avez envie d’exercer une activité mais vous savez que vous ne trouverez pas d’emploi en salarié dans ce domaine (notamment car vous n’avez pas d’expérience dans ce domaine) ou qu’il n’y a pas d’emploi dans ce domaine en salarié (car l’essentiel des personnes exerçant dans ce domaine le sont en freelance). Vous quittez donc votre emploi de salarié pour devenir freelance. On parle de reconversion. Parfois il s’agit d’un retour au sources car vous avez déjà exercé dans ce domaine il y a des années ou vous aviez fait une formation dans ce domaine avant d’être salarié dans un autre domaine.
  • Échec du salariat : vous pouvez être en situation d’échec dans votre situation actuel de salarié (difficulté à faire le travail, licenciement, harcèlement, ne supporte plus l’autorité…). Quand on devient freelance car le statut de salarié ne convient plus ou que vous ne trouvez plus de travail en salarié et donc que le passage en tant que freelance est subit, il faut faire très attention car le statut de freelance ne sera pas forcément une partie de plaisir non plus.
  • Autres cas spécifiques.

Comment passer de salarié à freelance ?

Il n’est pas forcément facile de passer de salarié à freelance. Le monde du freelance est un monde difficile et il faut avoir un certain nombre de savoirs, savoir-faire et savoir-être pour y réussir. Il faut aussi de la patience, de la résistance au stress, une bonne capacité d’autonomie et d’organisation, une bonne capacité relationnel… Tout le monde n’est pas fait pour devenir freelance.

Il faut définir un certain nombre de choses :

  • le statut juridique de votre activité de freelance : vous avez le choix entre la micro entreprise (auto entreprise), l’entreprise individuelle, le portage salarié, la coopérative d’activité ou une société (SASU, SARL, EURL). Généralement, on commence en micro entreprise (rapide à créer, facile à gérer, facile de passer de ce statut vers un autre, coût très faible…). Certains préfèrent le portage salarié ou la coopérative d’entreprise qui permettent d’avoir plus de protections sociales (santé, prévoyance…) et moins de contraintes administratives mais qui coûtent bien plus cher. D’autres, choisissent directement de se lancer en entreprise individuelle ou en société (SAS, SARL, SASU) mais je ne le conseille qu’aux personnes qui ont déjà un gros chiffre d’affaires assuré sur plusieurs années (minimum 70000 euros HT). Le statut à privilégier est clairement la micro entreprise dans un premier temps.
  • Définir son métier : il faut définir ce que vous allez vendre très précisément. Il faut définir ses cibles de clients, son offre, le nom de son poste en freelance, ses prix… Il faut faire une étude de marché pour cela. Il faut définir comment vous allez vous différencier de la concurrence.
  • Définir et créer vos moyens de trouver des clients : le nerf de la guerre en freelance est de trouver des clients. Passer de salarié à freelance est un grand changement en la matière. Vous passez d’un emploi où les clients viennent tout seul et vous n’avez qu’à faire le travail vers un statut où personne ne vous donnera du travail et vous devez le chercher. Il y a pleins de moyens de trouver des clients. Il faut trouver ceux qui marchent dans votre domaine et par rapport à votre personnalité. Ce qui parle le mieux est le réseau. Il faut se constituer un réseau (ce qui prend du temps et qui n’est pas facile).
  • Savoir gérer l’administratif : en fonction des statuts choisis, l’administratif sera plus ou moins complexe. Si vous avez choisi la micro entreprise (le plus courant), l’administratif ne sera pas très complexe mais il faudra quant même le réaliser et il consacrer le moins de temps possible.
  • Gérer ses dépenses : en freelance, c’est vous qui dépensez et il faudra investir. L’investissement peut être assez faible en argent mais il faudra aussi investir en temps. Par exemple, créer un site internet tout seul est possible mais il faudra du temps pour se former, et le réaliser… Il y aura néanmoins des dépenses en argents (carte de visite, déplacements, consommations de networking, mutuelle…).
  • Faire son deuil des côtés positifs du salariat : être freelance c’est travailler seul sans collègue. C’est aussi ne plus avoir de mutuelle d’entreprise, de protections sociales de qualité, de chèques vacances, de tickets restaurant, d’épargne retraite d’entreprise, de patron ou collègues qui vous dit quand vous faîtes fausse route, de clients qui viennent tout seul à toi, d’emploi du temps fixe et défini, d’heures supplémentaires payés plus cher, de congés payés, de conflits gérés par le patron…
  • Bien se mettre en tête les compétences à avoir en freelance : il faut être autonome, il faut être résistant au stress, il faut avoir une bonne capacité relationnel pour gérer le client et le réseau, il faut plus travailler qu’en salarié…
  • Savoir pitcher son activité : c’est essentiel et cela vous aidera à vous constituer un réseau et une crédibilité. En freelance, c’est vous que vous vendez. Vous vendez votre personnalité, votre crédibilité, vos compétences, … Les gens vous choisiront vous et non vos compétences. Il faut savoir pitcher. Pitcher c’est parler à un prospect, à un autre freelance, à un prescripteur potentiel (personne qui pourra vous recommander des clients), à vos amis, à votre famille… Il faut savoir expliquer ce que vous faîtes en 30 secondes mais aussi en 3 minutes ou en 15 minutes. L’idée est de pouvoir convaincre la personne en face que vous êtes une professionnel de qualité et en réussite dans un domaine. Une personne qui ne vous connaît pas doit pouvoir se rappeler de vous, savoir ce que vous faîtes comme activité, être convaincu que vous êtes compétent dans votre domaine et que vous réussissez. La raison est simple. Les personnes que vous rencontrez doivent pouvoir vous recontacter en cas de besoins de votre domaine. Ils vont voir pleins de monde. Souvent on oublie ce que font les gens et on n’est pas capable de savoir s’ils sont bons dans leur domaine. Si vous arrivez à lui faire comprendre ce que vous faîtes et que vous le faîtes bien, vous aurez gagné un prescripteur potentiel. Dernier conseil, cette même personne doit vous apprécier. Donc il faut créer un lien affectif avec lui (en l’écoutant, on montrant que vous êtes une bonne personne…). Ce n’est pas obligatoire mais c’est une gros plus.

Quelques conseils pour passer de salarié à freelance avec succès

passer de salarié à freelance

Je vais vous donner des bonnes pratiques qui réduisent les risques quand vous voulez passer de salarié à freelance :

  • préparer son activité de freelance pendant que vous êtes salarié : une bonne pratique qui réduit les risques et amène plus rapidement au succès est en effet de commencer son activité de freelance pendant son travail salarié. Il n’est pas simple de lier les deux. Je parle soit de faire quelques petites missions en freelance pour se faire la main (ce qui permettra de voir si le travail en freelance vous plait vraiment) mais aussi et surtout de commencer à vous structurer. Se structurer c’est par exemple se constituer un réseau (aller à des networking, se constituer un réseau sur les réseaux sociaux), communiquer sur ses compétences sur internet, se créer un site internet professionnel, préparer la carte de visite, définir sa future spécialisation, définir ses cibles, définir son offre, préparer sa prospection…. Je vois trop souvent des gens passer de salarié à freelance sans avoir pensé à rien. Puis il mettent des mois à définir leur activité en niveau marketing et communication et à se constituer un réseau et pendant ce temps ils vivent sur leurs économies ou le chômage. Dans ce cas, c’est une course contre la montre car en fonction des économies qu’ils ont ils auront quelques mois pour réussir sinon il devront reprendre un emploi salarié. Donc le maître mot est de se préparer quelques mois avant d’arrêter son statut de salarié (je dirai au moins 3 mois).
  • Ne démissionnez pas mais faîtes vous licencier ou faîtes signer une rupture conventionnelle. C’est important car souvent il y a un laps de temps entre le début de l’activité de freelance et la réelle réussite (même si vous vous préparez pendant que vous êtes en salarié). L’objectif est de pouvoir percevoir le chômage en même temps que votre activité de freelance, ce qui vous donne une grande sécurité et beaucoup moins de pression. Si vous aviez fait au moins 2 ans en salarié avant de tenter le freelance, vous aurez donc 2 ans de chômage, ce qui est largement suffisant pour atteindre la période de réussite. Mais la période de réussite optimale peut prendre 3 ou 6 mois ou 1 ans ou 16 mois… D’où l’importance d’avoir le chômage à côté.

Rappel des avantages et inconvénients de passer de salarié à freelance

passer de salarié à freelance

Les avantages de passer de salarié à freelance sont : choix de l’emploi du temps (travailler que le matin, travailler le soir…), choix du lieu de travail (chez soi, coworking, chez le client, bureau…), choix des clients, aucun patron pour te dire quoi faire, pas de collègue difficile à vivre…

Les inconvénients : vos clients sont parfois vos nouveaux patrons, vous devez gérez le service après vente, vous devez gérer l’administratif (devis, facturation, payer les cotisations sociales), la protection sociale est moindre (au revoir les avantages salariaux), le stress est supérieur, l’activité est cyclique, pas de congés payés, vous travailler souvent plus qu’en salarié, vous devez gérer en tout autonome, vous n’avez aucune aide…

Conclusion :

Passer de salarié à freelance n’est pas facile et demande de la préparation. Cela prend du temps. Il faut une période d’adaptation. Je parle de freelance, mais c’est la même chose pour tout indépendant ou entrepreneur. On change de monde. Devenir auto entrepreneur / micro entrepreneur est le statut le plus utilisé quand on se lance en freelance. La création d’entreprise demande de la structuration, des compétences et une résistance au stress. Il est essentiel de bien choisir son activité professionnel de freelance (bien plus difficile à faire qu’on peut le croire). Les freelances sont des personnes courageuses. Il faut s’adapter. Il faut résister à l’envie de redevenir salarié. J’en vois souvent qui ne réussissent pas ou qui mettent trop de temps pour le faire et qui se découragent. Il faut écouter les conseils et s’adapter continuellement quand on est freelance. Il faut laisser son amour propre de côté. Je ne peux que vous conseiller de vous faire aider.